11 septembre - fraternité ?

Publié le par ababordtoute

Piqués sur le site de Telerama, une image et une petite phrase:

 

" Ne craignons jamais les voleurs , ni les meurtriers. Ce sont là les dangers du dehors, les petits dangers.

Les préjugés, voilà les voleurs; les vices, voilà les meurtriers.

Les grands dangers sont au dedans de nous"

Victor Hugo in "Les misérables"

 

Ne soyons pas insensibles à la misère des victimes, mais considérons donc que chaque nouvelle escalade dans les mesures sécuritaires proclamée à l'occasion d'un fait divers, ou d'un délit, souvent mineur mais monté en épingle ( la mendicité "agressive" pour ne pas la nommer) , sont les sources constantes de la délation généralisée , du pourissement de la fratrenité et de la privation des libertés sociales.

Toutes ces mesures qui n'ont jamais fait la preuve de leur efficacité (par exemple, l'installation des caméras de surveillance dans la rue , etc...) délitent pourtant avec un acharnement redoutable le tissu de la solidarité et de la justice dans notre pays.

 

voici un écrit  poétique de Patrick Chamoiseau ( écrivain martiniquais) pour illustrer ce propos

 

patrick-chamoiseau-lance-un-tract-poetique-contre-la-politi

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
G
<br /> « Je me suis pâmé, il y a huit jours, devant un campement de Bohémiens qui s'étaient établis à Rouen. Voilà la troisième fois que j'en vois et toujours avec un nouveau plaisir. L'admirable, c'est<br /> qu'ils excitaient la haine des bourgeois, bien qu'inoffensifs comme des moutons.<br /> <br /> Je me suis fait très mal voir de la foule en leur donnant quelques sols, et j'ai entendu de jolis mots à la Prud'homme. Cette haine-là tient à quelque chose de très profond et de complexe. On la<br /> retrouve chez tous les gens d'ordre.<br /> <br /> C'est la haine que l'on porte au bédouin, à l'hérétique, au philosophe, au solitaire, au poète. Et il y a de la peur dans cette haine. Moi qui suis toujours pour les minorités, elle m'exaspère. Il<br /> est vrai que beaucoup de choses m'exaspèrent.<br /> Du jour où je ne serai plus indigné, je tomberai à plat, comme une poupée à qui on retire son bâton. »<br /> <br /> <br />
Répondre