25 janvier- ancienne mairie de Concarneau

Publié le par ababordtoute

conseil municipal (suite)

Le gros sujet à l'ordre du jour au CM de mercredi c'était la vente de l'ancienne mairie.
Discussions houleuses et demande  de vote à bulletins secrets
refusé à cause du pourcentage de présents insuffisant, au final, la municipalité vote majoritairement pour cette vente, que nous refusons.
Plusieurs importantes questions sont en cause à propos de cette décision.


Voici notre déclaration présentée par Christian Colimard (qui fait partie de la commission urbanisme) assortie de quelques commentaires.

"Alors, comme cela, si on suit bien...(et vous savez qu'on le fait), passés les discours "généreux" sur l'attention au social, sur la considération pour le monde associatif, sur la concertation...entendus lors des voeux notamment, on rentre dans le dur, dans le concret !
Et alors, déconvenue !
Sur fond de promesse de meilleur traitement après, on passe d'abord par la case spoliation pour les organisations exerçant sur ce site.

D'où une remarque, ensuite une critique, avant une conclusion.

- Une remarque : Cette affirmation péremptoire (dans la présentation) selon laquelle : "...cet ensemble immobilier n'est plus susceptible d'être affecté à un service public communal...", cette affirmation ne nous agrée pas.
Il n'est pas certain (et encore disant cela, ce doit être un euphémisme), il n'est en effet pas certain, que tout ait été exploré quant à l'intérêt de continuer d'affecter ce bâti, une fois rénové, à une utilité publique communale (ou autre)...dont celles existantes d'ailleurs.
Voilà pour la remarque.

- La critique: Nulle part, dans cette présentation, n'apparaissent un engagement, une assurance, une considération formulée expressément et dans le détail - s'agissant de tous les occupants actuels, j'y reviens- quant au devenir de leurs moyens.  Ou plutôt si, en alinéa communiqué dans la presse:
"Vous devez libérer les lieux dans le mois." Nous y voyons là, une précipitation contraire à un ordonnancement logique, de bon sens, respectueux des acteurs au centre de ce chamboulement.

D'ou notre conclusion...qui ne clot rien: Avec un tel embrouillement, nous ne sommes pas, en l'état, pour que cette opération s'engage...Réglons d'abord la question de la Maison des Associations.
Nous ne sommes pas pour acter, en l'état, cette mise en vente, considérant que ce n'est pas de l'assainissement de gestion du patrimoine qui nous est proposé, mais plutôt quelque chose qui s'apparente à de l'affairisme puisque ces décisions sont avant tout destinées, (et présentées en ce sens) à favoriser la main mise sur du patrimoine, par des opérateurs que seul le business intéresse.

Nous voterons donc contre !

Le maire répond à cela que, primo le bâtiment est pourri (ce qui n'est absolument pas avéré, même si des travaux d'aménagement sont effectivement à envisager, mais où sont les conclusions d'une étude d'architecte digne de ce nom ? ), et que secundo, installer un commerce ( grande enseigne nationale ? laquelle ? où en sont les tractations? ) est le seul moyen imaginable pour revitaliser cet espace de ville.

Nous avions d'autres solutions à proposer qu'on ne nous a pas laissé exposer ( le temps imparti au débat ayant été parait-il dépassé !!) par exemple aménagement de la place derrière les Halles sous forme de mini square avec implantation de la médiathèque promise dans leur programme électoral, ou galerie de peinture pour les collections de la Ville, ou salle de musique publique pour l'école municipale, ou encore... pourquoi pas une halte garderie , une crèche, un accueil pour les petits enfants ouverts à tous, y compris les vacanciers qui visitent Concarneau , ou encore installation de l'Office de tourisme et de la fête des Filets Bleus, ce qui attirerait forcément de nombreux visiteurs dans ce quartier
.

Enfin le dernier problème évoqué est celui du déménagement intempestif des syndicats et associations qui occupaient les lieux, au prétexte de pouvoir faire rapidement visiter l'espace à des acheteurs potentiels. Qu'est ce qui justifie tout cela ? En quoi la présence d'associations occupantes gêne-t-elle la visite de locaux à vendre?

Au vu de toutes ces questions sans réponse, la précipitation de la Ville est on ne peut plus suspecte, et nous pourrions souscrire à la demande de Philippe Laporte de l'organisation d'un referendum d'intiative populaire
, afin que la population concarnoise refuse ou entérine  la disparition sans concertation de son patrimoine municipal.

Publié dans Conseils 2008-2014

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article